Petite histoire du linge brodé | nähen
FERMETURE ESTIVALE DE L'ATELIER : les commandes seront expédiées à partir du 1er septembre

Autrefois, tout le linge était brodé aux initiales des familles ou avec le nom des jeunes filles. Il y a plusieurs raisons à cela,  cette tradition existe aussi bien pour des raisons pratiques que symboliques.

Tout d’abord, la broderie du linge faisait partie de l’éducation des jeunes filles qui en apprenant à broder, constituaient leur trousseau pendant leur adolescence. Puis elles se mariaient et quittaient le foyer familial en emportant leur trousseau brodé qui contenait le linge de lit, le linge de bain, les nappes, les mouchoirs et au XIXème siècle arrivèrent les serviettes de table, torchons, tabliers… C’était une sorte de dot. Ainsi, toutes les jeunes filles apprenaient à broder. En fonction de leur classe sociale, certaines en faisaient leur métier et brodaient ensuite le linge des familles nobles. La réalisation de ce trousseau est donc symboliquement le passage de l’enfance à l’âge adulte et la « préparation » à l’envol !

Les raisons pratiques reposent sur le fait qu’il fallait pouvoir différencier le linge lors des grandes lessives de printemps dont s’occupaient les domestiques. Lorsque tous les draps étaient lavés puis étendus pour sécher, il n’était pas question de s’emmêler les pinceaux ! Ainsi on ne mélangeait pas les différents trousseaux familiaux ou de chaque ménage.  On distingue le marquage et la broderie : le marquage consiste à broder les initiales (aspect pratique) et la broderie est ornementale, elle permet de décorer et d’appuyer son statut social. Elle peut se réaliser en plus, sur ou autour le marquage. Chez les nobles ce savoir-faire s’est perpétué et le linge s’est transmis. Souvent, dans les maisons de campagnes on retrouve certaines pièces brodées aux initiales des aïeux, notamment sur les torchons.

Par la suite, le trousseau n’étant plus vraiment de notre époque, cette tradition s’est perpétuée pour des raisons pratiques. Surtout sur les vêtements : à la crèche, en pension, en colonie de vacances ou à l’école on demande aux enfants que leurs vêtements soient marqués pour ne pas les mélanger. Quelques fois une étiquette est cousue avec le prénom et le nom, d’autres fois on brode directement cela sur le vêtement.

Aujourd’hui, le linge ancien brodé est de plus en plus recherché et se vend fréquemment dans les brocantes d’autant plus que les produits étaient d’une telle qualité qu’ils n’ont souvent pas bougé !

Photo : Diane Moulenc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier

Retourner en haut